Pages

lundi 20 février 2017

Les mots et gestes magiques de la relation humaine

Dans la série #ParolesDeCoach:sur le Web quels mots magiques allez vous recommander ?

... Si tu veux recevoir un bonjour commence par en donner tous les jours autour de toi😀 #ParolesDeCoach
...
...
A suivre chaque jour de la semaine, construisons ensemble cette liste dans ce blog ou sur la page Facebook.

dimanche 19 février 2017

#QuilaDit ?

... Le progrès exige maintenant que l’humanité ne se réunisse pas seulement en tant que villes ou nations, mais aussi comme communauté mondiale.”... Marc Zuckerberg fondateur de Facebook

... Après les 30 glorieuses suivies des 30 piteuses il est vital de ne pas tomber dans les 30 peureuses. J'❤ la phrase de François-Xavier Beuzon de la Lettre Val de Loire. Edito Juin 2016.

mardi 14 février 2017

Une web boussole pour la Saint Valentin 2017

Pour suivre
... Wikipedia

Des images
Bientôt

Un peu d'histoire
... La tête à modeler explique l'origine de cette fête

LeSaviezVous?
... un village en France s'appelle Saint-Valentin...

Surprises
... Vidéo Recette d'un chef étoilé
...  Coeur à Coeur de Chocolat
... Viennoise de Coquille Saint Jacques

Ils en parlent
Revue de presse bientôt

Us et Coutume
... Au Japon les femmes offrent des chocolats.
...
... connaissez vous des coutumes dans un autre pays ?

Tour du monde de la Saint Valentin
Hashtag Twitter à suivre
#SaintValentin #Valentimes #ValentinesDay2017 #Valentinstag #Alllahjärtansdag #díadeSanValentín
#Ystävänpäivä #バレンタイン・デー #SanValentino #Valentijnsdag #День#СвятогоВалентина

A propos de numérique: Interview de l’ambassadeur d’Estonie Alar Streimann

Interview de l’ambassadeur d’Estonie au Sommet du digital 2017 est une bonne source d'informations mais aussi de correction des Fake, interprétations et autres fantasmes qui circulent sur ce pays comme par exemple concernant la confusion entre la eResidence et la eCitoyenneté ou encore l'usage de la blockchain dans le système d'information de la eSanté.

Interview de l’ambassadeur d’Estonie Alar Streimann par Jean Michel Billaut (créateur Atelier BNP Paribas) et Loïc Hervé (Sénateur CNIL)

Loïc Hervé : Nous sommes très heureux d’accueillir Alar Streimann, ambassadeur d’Estonie en France.
L’Estonie l’un des trois pays baltes. Sa population s’élève à 1,3 million habitants.

Ce pays se distingue dans l’Union Européenne par ses mutations technologiques, notamment dans l’organisation de son administration. Il est important que la France s’interroge sur la mutation de son administration et l’expérience estonienne est une référence. La France s’est dotée en 1978 d’une loi fondatrice de protection des libertés publiques et des données personnelles. Elle doit mener aujourd’hui une réflexion de fond sur un modèle de conciliation entre les principes de la démocratie et l’ambition numérique.

Jean Michel Billaut : Tout d’abord, qu’est-ce que le x-road en Estonie ?

Alan Streimann : Le grand succès numérique de l’Estonie se situe au niveau de l’administration publique, mais il reste encore beaucoup à faire dans le domaine privé.
Le x-road est une plateforme technique qui garantit l’échange des données des différents organismes publics. En Estonie, les données publiques ne sont pas dans un seul lieu ; c’est pour cette raison que la plateforme x-road a été développée au début des années 2000. Le x-road est aussi utilisée aujourd’hui par un grand nombre d’entreprises privées.

JMB : Chaque Estonien a une carte à puce ?

AS : Oui, c’est une carte d’identité. Elle a été introduite en 2002 et elle est obligatoire. Elle permet de communiquer entre le citoyen et le gouvernement.

JMB : Sur votre x-road, des entreprises publiques et également privées utilisent la même carte. Les banquiers l’ont bien acceptée ?

AS : Il y a eu un des oppositions au début en raison de la compétition avec la carte bancaire, mais à présent, personne ne le regrette. Toutes les transactions bancaires peuvent se faire avec la carte d’identité et il est possible de se connecter avec sur le site des banques.

JMB : Je suis e-résident Estonien. Pouvez-vous nous expliquer cette stratégie d’e-résidence ?

AS : Nous l’avons lancée il y a un an. Entre 500 et 600 Français sont devenus e-résidents en Estonie. La e-résidence permet de créer une entreprise en Estonie et d’utiliser tous les services publics estoniens.

JMB : Je suis e-résident, j’ai ma carte Estonienne, je peux me connecter sur le x-road. Est-ce qu’en restant en France, je peux créer ma start-up en Estonie ?

AS : Tout à fait. Cela prend 15 minutes.

JMB : Puis-je ouvrir un compte bancaire dans une banque estonienne en restant en France ?

AS : Pas encore, car aujourd’hui les vérifications doivent être faites sur place, mais nous développons une solution permettant à la banque de vérifier les personnes en visiophonie. Ce service sera lancé dans 2 mois.

JMB : Je crée ma société en Estonie et j’ai un compte dans une banque estonienne. Je peux travailler dans toute l’Europe, facturer des clients en euros. Quelle est l’imposition en Estonie ?

AS : Si vous ne sortez pas l’argent de votre entreprise estonienne, vous ne payez pas d’impôts.

JMB : Et pour se payer un salaire en restant en France, quelle convention fiscale s’applique ?

AS : C’est celle de l’Europe.

JMB : Vais-je payer des impôts aussi en France ?

AS : En tant que personne privée, si vous ne devenez pas résident fiscal en Estonie, vous payez probablement des impôts en France.

JMB : J’ai lu sur internet que l’Estonie attendait 15 millions de e-résidents en 2025.

AS : C’est cela. 15 % des e-résidents de tous les pays ont créé à ce jour leur entreprise en Estonie.

JMB : Les Américains, qui n’aiment pas Trump, vont-ils venir chez vous ?

AS : Je ne sais pas ! Par contre, nous avons des politiciens connus. Angela Merkel est par exemple devenue e-résidente estonienne !

JMB : l’Allemagne va-t-elle adopter votre x-road ? Si elle le fait, elle va réaliser des économies sur les dépenses publiques.

AS : Le x-road estonien est un freeware, il est donc gratuit. Techniquement, ce système n’est pas compliqué à adapter. Par contre au niveau du contenu, il faut que le système des impôts et des lois du pays soit simple. Cela peut être l’opportunité pour un pays de revoir son système !

JMB : Le niveau de corruption en Estonie est très faible. Y-a-t-il un lien entre le niveau de corruption et le niveau de digitalisation ?

AS : C’est difficile à dire, car d’autres facteurs peuvent entrer en jeu. Au début des années 90, l’Estonie a rétabli son indépendance et a adopté des décisions pour utiliser le numérique. Cela a été très important pour faire un service public plus transparent et moins corrompu.

JMB : Comment votez-vous en Estonie ?

AS : Depuis 2005, nous pouvons voter par voie digitale en Estonie. C’est une possibilité donnée par la carte d’identité. Il y a eu beaucoup d’opposition au départ. Aujourd’hui, environ un tiers de la population vote ainsi, en particulier la population plus âgée.

JMB : Il paraît que le dossier médical des estoniens est en blockchain.

AS : Ce n’est pas tout à fait cela. Les métadonnées des bases de données de santé sont en blockchain, mais pas les données.

David Abiker : Pour quelle raison politique l’Estonie s’est-elle engagée dans cette voie ?

AS : Il fallait que l’Estonie, qui est un petit pays, reste compétitive par rapport aux plus grands pays. Cela a été une très forte motivation.
Quelques politiciens ont eu une forte influence en préparant la population à ce type de changement. Par exemple, notre ancien président, M. Ilves, a lancé vers 1995 un programme d’éducation numérique appelé Tiger Leap.

Questions de la salle : Combien avez-vous de startups en Estonie ?

AS : Je ne connais pas le nombre exact, mais cela se développe.

Questions de la salle : Le x-road a été fait par les startups ?

AS : Non, mais des grandes start-ups ont été créées en Estonie, par exemple Skype ou encore Guardtime qui a développé le Keyless Signature, un système de signature digitale. L’Estonie a d’autres nombreuses petites entreprises qui deviendront peut-être grandes à l’avenir.

Fabrice Berger Duquene : Pourquoi, d’un point de vue de l’état Estonien, avoir mis en place cette e-nationalité ?

AS : Je précise que ce n’est pas une nationalité. La e-résidence ne donne pas le droit de citoyenneté. Les e-résidents n’ont pas automatiquement un visa pour entrer sur l’espace de Schengen. La e-résidence est plutôt un moyen pour motiver les gens à utiliser les services numériques en Estonie. Les pays sont en compétition au niveau des entreprises et c’est peut-être notre solution.
Depuis le 7 juillet 2016, tous les pays de l’Union européenne doivent accepter les documents signés en digital. Pour ma part, je signe tous les documents en digital. Je me demande si les autres pays sont prêts à recevoir de l’Estonie des documents signés en digital. Des solutions ont été trouvées, mais il reste à voir si cela marche. Nous invitons tous les entrepreneurs à utiliser l’e-résidence s’ils trouvent que les services sont plus faciles et plus rapides chez nous !

Bruno Frilandsky : Vous avez tellement d’avance ; qui vous inspire ? Vous pouvez voter en digital depuis 2005 et j’ai l’impression que nous sommes le tiers-monde !

AS : Il faudrait poser la question à mes compatriotes qui ont été à la source de cette décision. Il y a vraiment dans le digital des niveaux très différents entre les pays européens et je pense que pour rester compétitifs, nous devons faire plus d’efforts communs.

Xavier Crochet : Quelle politique d’éducation numérique avez-vous mise en place pour arriver à cette dématérialisation des services publics ?

AS : Dans l’éducation, nous avons commencé très tôt avec Tiger Leap. Nous avons introduit dans toutes les écoles des ordinateurs, nous avons formé les professeurs et nous avons changé les programmes d’éducation.
Nous en sommes à la 2e ou 3e génération de jeunes formés au numérique et beaucoup de choses ont changé. Par exemple ma fille, qui a n’a pas eu une éducation spéciale dans le numérique, a participé dernièrement à la création d’un robot de livraison (livraison de pizzas, etc) : Starship Robotics, créée par le fondateur de Skype : Janus Friis . C’est très normal en Estonie et j’en conclus que nous avons été très bien formés à l’école.

Souces  page Facebook de Jean Michel Billaud.

vendredi 10 février 2017

dimanche 5 février 2017

Construisons Ensemble un alphabet positif

Une Webaction positive pour enrichir ensemble notre vocabulaire positif et nettoyer notre langage de ceux négatifs. Voir aussi les participants sur la page Facebook du blog.

A: Altruisme par Abdelamid
A: Comme Ami-e- par Éric
A: Amour par Catherine et Carole
A : Authenticité par Carole
...
B: bienveillance par Eric
B: Beauté par Catherine
...
C: Création par Philippe
C: Co-création par Carole
C: Cooperation par Carole
C: Coeur par Carole
C: Conciliant par Catherine
...
D: Débonnaire par Boreyem
D: Débutant par Catherine
...
E: Entrepreneuriat par Philippe
E: Émerveillement par Catherine
...
F: Félicité par Philippe
F: Finalité par Catherine
...
G: Généreux par Pierre
G: Générosité par Catherine
...
H: Humanisme par Philippe
H: Humour par Catherine
...
I: Innovation par Beya
I: Immensité par Catherine
...
J: Joie par Éric
J: Joli par Catherine
...
L: Liberté par Agnès
...
M: Mansuétude par Cécile
M: Maintenant par Catherine
Merci: par Catherine
...
O: Ouverture par Carol
O: Océan par Catherine
...
N: Naturel par Philippe
N: Nouveau par Catherine
...
P: Partage  par Frédéric et Philippe
P: Parcours par Catherine
...
Q: Qualité par Catherine
...
R: Respect par Cécile
R: Raisonnance par Catherine
...
S: Solidarité par Philippe
S: Solution par Catherine
...
T: Terrien par Philippe
T: Tumulte par Catherine
...
U: Unité par Carole
U: Univers par Catherine
...
V: Vie par Béatrice
V: Vérité par Catherine
...
W : Waouh par Carole
...
...
A suivre.

Article similaire
... Let's build together a positive alphabet in English

French friends are building a positive alphabet together.

#AlphabetPositif #Positif #WebAction #coopération

lundi 30 janvier 2017

Les liens faibles dans les réseaux sociaux sont vos futurs webamis pour trouver votre nouvelle place Pro.

Les amis restent nos amis, vos liens forts, mais ne sont pas les mieux placés pour vous ouvrir l'esprit aux différences d'un monde en profonds changements.

Nos amis sont très importants pour nous soutenir dans nos projets et nous aider s'ils le peuvent. Ne leurs demandont pas plus car c'est déjà beaucoup. Pourquoi vos amis ne peuvent pas vois aider dans votre recherche de nouvelles voies notamment professionnelles vers un nouveau poste, une reconversion ou encore un projet entrepreneurial?

Nos amis de longes dates nous ressemblent trop. Comme nous ils sont nées dans le même territoire, ont grandit dans la même région, reçu le même enseignement et posés les mêmes questions auxquels ils ont reçu les mêmes réponses comme vous. Vos amis sont trop comme vous, pour vous aider à sortir de votre zone de confort ou encore croiser des nouveaux points de vue ou vous faire lire les avis différents qui émergent rapidement un peu partout sur la planète et changent le paradigme du 21ème siècle.

Pour ne pas les confondre ni les comparer avec vos amis traditionnels, je suggere de nommer ces nouvelles relations:  vos webamis.

Par contre en trouvant vos nouveaux amis complémentaires, liens faibles, dans votre réseau social par exemple sur LinkedIn, vous découvrirez de nouvelles pistes pour croiser de nouvelles mises à jour du logiciel de votre cerveau (manière de penser) et diversifier les sources de vos data en complément de ceux collectés par vos 5 sens. Vous serez étonné de constater qu'il existe de nombreuses interprétations d'une même observation bien plus large que vous en avez pu en apprendre ou en expérimenter dans le siècle précédent. Pour aider dans cette démarche je vous propose ma micro conférence "La Force des liens Faibles" au meetup FrenchTech Tech In Chartres. Si vous avez des questions contactez-moi

En voyageant d'une manière personnalisée sur le réseau social LinkedIn vous aller vous créer une nouvelle forme d'ouvrir d'esprit pour mieux appréhender les différences du 21ème siècle, époque numérique de la 3 ème révolution humanitaire comme l'explique si bien notre académicien positive Michel Serres dans sa conférence de 2007.

dimanche 29 janvier 2017

Je suis toujours déçu des fournisseurs qui utilisent le moment des voeux...

Je suis toujours déçu, et sans doute comme des millions de consommateurs qui s'en détournent, des fournisseurs qui utilisent le moment des voeux de la nouvelle année pour les accompagner d'un message qui parlent d'eux ou pire encore de leurs dernières promotions.

Quand vous formez des voeux n'est ce pas aux autres que vous pensez ?

Aucune sincérité ! ! Et cela se ressent, se dit et circule très vite entre les internautes via les réseaux sociaux. La perte de confiance dans la sincérité de la relation commence avec une telle attitude.

Décidément être en phase avec le siècle, à savoir remettre l'humain au centre des attentions, va être très dur pour certains professionnels et entreprises.

Passez à la relation HtoH, human to human.

Dans le 21ème siècle du numérique tu n'es pas handicapé ! !

J'admire Philippe Croizon.

Son histoire et ces exploits peuvent donner de la force aux gens, autour de toi, surtout ceux qui ont perdu courage, écoutes Philippe Croizon raconter ses exploits - Une leçon de courage" sur YouTube

Dans un monde qui change vite certains peuvent se sentir comme des handicapés dans ce nouveau siècle. Et pourtant ils n'ont pas de handicaps comme Philippe Croizon.

Cela se passe que dans ta tête. Tes freins sont souvent à l'origine d'interprétations négatives issues de ton passé qui bouclent sans cesse chaque fois que se présente une situation nouvelle. Ou encore tu es mal entouré. Alors si Philippe Croizon a réussit de tels exploits avec de vrais handicapes, imagines ce que tu faire... sans.

Alors oses, avances un pas après l'autre. Et si tu te sens encore tirer en arrière, parles les en a un ami positif ou encore à un professionnel des relations humaines.

Côté professionnel si autour de toi tu n'entends que des conclusions négatives, tu as sans doute besoin de diversifier les avis de ton réseau social Pro. En élargissant ton système d'informations tu vas pouvoir prendre une décision plus avisée pour ton avenir au lieu de suivre certaines tendances locales négatives en France qui comparées au reste du monde sont très minoritaires. Ceux qui voyagent s'en rendent vite compte.

Pour construire cette ouverture je te suggère d'utiliser l'approche relationnelle "La Force des liens Faibles que j'explique à un meetup FrenchTech à Tech In Chartres.

Si tu veux échanger sur cette nouvelle posture d'ouverture d'esprit ou poser des questions, utilises l'espace modéré pour les commentaires ou contactes moi en off.

#Courage #exploit #persévérance #handicap

samedi 28 janvier 2017

De nouvelles capacités pour une nouvelle liberté.

A une époque où les influenceurs se multiplient en se numérisant la liberté passe maintenant par l'apprentissage ...

...du "Savoir Penser par Soi même" et

... du Savoir Dire Non quand c'est nécessaire.